De l'enluminure aux collages de parchemin - Reliure

De l'enluminure aux collages de parchemin


Mon regard créatif et mon geste se construisent d'abord par le dessin, pratique enrichie, combinée, passée au tamis d'autres disciplines comme l'histoire de l'art, l'iconologie, l'architecture, la peinture, la dorure ou la reliure.


Cette dernière me donne un cadre, une palette de techniques de fabrication du livre qui me permet de passer de la restauration pour pièces de bibliophiles à une reliure de création profondément émancipée par ma rencontre avec le parchemin.


D'abord support blanc pour l'écriture puis redécouvert pour habiller meubles et murs, les deux visages existants du parchemin, que j'effleure, sonde ou prolonge dans mon atelier, se démultiplient sous mes mains, se diffractent en marqueterie, jeux de transparence, teinture, relief, gaufrage, couture. J'ose la couleur, dépassent les limites acceptées pour cette peau, imposées par d'anciens usages, sans pour autant abandonner l'Histoire et ses symboles.


Si la reliure, métier d'art, est le médium qui d'abord me forme à la rigueur technique, au geste à maîtriser, répétitif, en vue de la fabrication, le potentiel inexploré du parchemin, matériau unique et rétif, est devenu mon laboratoire de recherche et d'expérimentation sur la matière, jusqu'au froissement, aux projections d'eau ou à la scarification.


Faire lien, voici l'enseignement de mon combat avec le parchemin, contre lui, ses réticences, refus, replis. Support millénaire mais restreint, je lui ai appliqué une pensée contemporaine et transdisciplinaire. De l'enluminure à la gainerie en passant par la reliure et le vêtement, mes pérégrinations ont abouti à des œuvres uniques, à la fois multiples, variées et réunies dans un même accomplissement précis et nouveau.


Ce sont toutes ces réalités riches de possibles incluses dans une seule matière qui forment ma démarche artistique et que je vous invite à découvrir ici.


De l'enluminure aux collages de parchemin - Reliure

QUESTION DE HAUTEUR, dyptique, encre sur parchemin, 422 x 520 mm, 2016, photo Nathalie Jouan

Mon parcours en quelques points

  • Elève du peintre Lucio Loubet
  • Etudes d'architecture
  • Ecole du Louvre
  • CAP Arts du Livre à l'Union Centrale des Arts Décoratifs
  • Créatrice et gérante de l'entreprise Parchemin Contemporain
  • Prix Liliane Bettencourt pour l'intelligence de la main en 2003

La place du corps et de la main

Le placement et la précision du geste sont des éléments fondamentaux dans la maîtrise de ma profession de relieur comme dans le monde plus vaste des métiers d'art. Le geste, la main, le placement du corps, à la base de la connaissance des artisans, se retrouvent dans l'artiste. La signature, la spécificité du mouvement, ses limitations y deviennent strictement personnelles et affectent l’œuvre dans son unicité. Le dépassement du geste y est aussi dépassement de soi, transcendance ou maîtrise, recomposition.


M'écrire un message
De l'enluminure aux collages de parchemin - Reliure

Détail tiré de « Ca pourrait être l'histoire d'un pommier », encres sur parchemin, livre unique, 2016


Les réalisations
d'Anne-Lise Courchay
24 heures de la vie d'un arbre 24 heures de la vie d'un arbre
livre unique 12 encres sur parcheminreliure en parchemin de chevreau travaillé...
Recto verso Recto verso
Ambivalence de la peau, douce ou griffée, souple ou entaillée. Comme...
Ça pourrait être l'histoire d'un pommier Ça pourrait être l'histoire d'un pommier
Livre unique 12 encres sur parcheminreliure en parchemin de chevreau ajouré2016format...

Une création Publicis Webformance

Retour en haut